L’avortement

L’avortement

Chaque année, l’avortement tue plus d’êtres humains que toutes les guerres réunies! Cet article présente les faits sur ce problème de l’avortement, qui est en train de ruiner la société.

L’avortement est le meurtre légal de ceux que nous aurions pu aimer.

L’homme est la seule créature qui ait été faite à l’image de Dieu. Nous sommes les seuls à posséder cette caractéristique unique, parmi toutes les créatures. L’homme est le seul à être l’objet de l’amour rédempteur de Jésus-Christ. Christ a accepté de souffrir et de mourir pour nos transgressions, mais Il a dû d’abord venir dans une chair semblable à la nôtre. Il a été conçu dans le sein d’une femme, et il y est resté neuf mois comme n’importe quel autre bébé. Puis il est né comme un être humain normal, sauf qu’Il était sans péché. Le Fils de Dieu existait en tant que Personne divine avant Son incarnation, et Il a continué à être une Personne dans le sein de Marie.

Dieu a dit à Noé : « Si quelqu’un verse le sang de l’homme, par l’homme son sang sera versé ; car Dieu a fait l’homme à son image » (Genèse 9 :6). Dieu insiste sur le fait que l’homme est unique. Il vaut bien plus qu’un animal.  

Etant donné que j’écris cet article dans une perspective biblique, la Bible est l’autorité dont je m’inspire. Mais, même indépendamment de ce point de vue, nous devons répondre à certaines questions logiques. Même si l’on ne croit pas en Dieu, on doit tout de même répondre à la question suivante : « Est-ce qu’un fœtus, ou même un embryon, dès le stade de sa conception, est un être humain aux tout premiers stades de son développement ? Sommes-nous dès le début en présence d’une vie humaine ? » Même le mot « fœtus » est un mot latin qui signifie « petit rejeton ».

Ceux qui détruisent un fœtus détruisent une vie humaine. Ils prennent une décision morale que seul Dieu peut prendre. Dieu accorde la plus haute valeur et la plus grande sainteté à la vie humaine, et Il ne prend pas à la légère l’effusion du sang innocent.

On utilise aujourd’hui les termes « embryon » et « fœtus » pour désigner, en langage scientifique, les premiers stades du développement d’un être humain. Ces termes n’ont jamais été utilisés pour suggérer qu’il s’agit d’autre chose qu’une vie humaine, même s’il est vrai que d’autres utilisent ces termes pour les appliquer à des animaux.

L’avortement prive un enfant de tout ce que nous possédons déjà. Nous sommes tous passés par le même processus, sauf que nous sommes parvenus jusqu’à la naissance. Devrions-nous priver les fœtus de ces mêmes droits ?

Voici ce que Thomas Jefferson a écrit dans notre Déclaration d’Indépendance : « Nous tenons ces vérités comme évidentes, que tous les hommes ont été créés égaux, et qu’ils ont reçu de leur Créateur certains droits inaliénables. Parmi ces droits, il y a la vie, la liberté, et la poursuite du bonheur ».

Ces droits dépendent de la vie. La vie est le premier droit mentionné par la déclaration. La vie est fondamentale, parce qu’elle est nécessaire pour pouvoir jouir des autres droits et poursuivre le bonheur. Thomas Jefferson a aussi écrit : « Le premier et seul objectif légitime d’un bon gouvernement est de préserver la vie humaine et de veiller à son bonheur, non pas de la détruire ». La recherche de la liberté ne doit donc pas primer sur le droit à la vie.

Dès le moment de sa conception, un embryon est un être humain. Le fait qu’il ne soit pas encore conscient n’a rien à voir avec les éléments qui constituent un être humain. Quelqu’un peut s’évanouir et perdre conscience, mais il n’en reste pas moins un être humain. Quand nous dormons, cessons-nous d’être des êtres humains ?

Lorsqu’on décide de réduire un enfant à l’état de tissu cellulaire, on dévalue la vie humaine. Si nous considérons qu’un fœtus n’est pas un être humain, nous déprécions la valeur d’une vie humaine. Si nous décidons de mettre à mort un être qui ne peut pas décider de lui-même, nous pourrions aussi le faire dans d’autres situations. Si nous n’attachons plus de valeur morale à la vie humaine, nous devenons comme des animaux qui agissent avec violence. Nous retournons à la loi de la jungle, où seuls les forts peuvent survivre. Il est plus conforme à l’humanité d’aider ceux qui sont faibles et sans défense. C’est ce qui distingue les hommes des animaux.

Si vous perdez le respect de la vie, vous perdez le respect de l’humanité. Tout le genre humain est fait à l’image de Dieu. Il a le potentiel de refléter et de démontrer la nature divine. Toutes les crises de société, tous les meurtres, crimes et vols, sont la conséquence du fait que l’on a perdu le respect pour ce que Dieu a donné. Dieu a imprimé certaines règles morales dans le cœur humain. Mais notre conscience a été endurcie par notre égoïsme.     Qui peut se mettre à la place de Dieu, pour décider qu’avant un certain stade de développement, l’enfant qui se développe dans le sein de sa mère n’est pas encore un être humain ? Le petit embryon se développe dès la conception. S’il y a développement et croissance, c’est donc qu’il y a la vie. La vie est présente dès l’instant de la conception. C’est un fait. La science a prouvé que la vie humaine existe dans le fœtus dès le moment de sa conception. Dire qu’un fœtus peut mourir implique qu’il était d’abord en vie. Les fœtus qui ont survécu à une tentative d’avortement à l’âge de quatre mois prouvent qu’ils n’étaient pas qu’une « chose » qui s’est développée pour devenir plus tard un être humain. Ils étaient des êtres humains dès leur conception. Le fait que la mère soit capable de porter un enfant qui se développe en elle prouve que l’enfant est vivant dès la conception. Elle ne fait que le nourrir pour le maintenir en vie. Le fœtus produit une hormone protectrice, qui empêche le corps de sa mère de le considérer comme un tissu étranger, et de le rejeter. Le fœtus constitue une vie à part, séparée de celle de sa mère. Elle le porte et le nourrit, tout comme elle continuera à s’en occuper lorsqu’il sera né. L’enfant ne survivrait pas s’il était entièrement négligé après sa naissance. De même, le fœtus ne survivrait pas s’il n’était plus nourri dans le sein de sa mère.

Un bébé a les réactions d’un être vivant dans le sein de sa mère. Il a faim, il mange, il fait de l’exercice en se déplaçant et en donnant des coups. Mais il dépend de celle qui le porte pour protéger sa croissance. Quand quelqu’un frappe une femme enceinte, si le bébé meurt, on appelle bien cela un meurtre. Pourquoi ? Est-ce logique, dans ce cas, que nous puissions détruire volontairement ce bébé par un avortement ? La seule chose qui change, c’est la permission donnée par la mère. Mais un meurtre est un meurtre. Nous conseillons aux femmes enceintes de ne pas boire, ni de prendre certains médicaments, car cela pourrait affecter le développement de l’enfant. Certaines femmes enceintes alcooliques ou droguées ont été inculpées de maltraitance d’enfant, en raison des conséquences néfastes sur le bébé, avant et après sa naissance.

Après avoir accepté un avortement, beaucoup peuvent être chargés de remords, éprouver de l’anxiété, faire une dépression, avoir un sentiment de perte, devenir agressifs ou psychotiques, ou même avoir des pensées de suicide. Une femme ayant avorté peut connaître tout ou partie de ces problèmes. Un tel traumatisme est reconnu officiellement par l’Association Psychiatrique Américaine comme une maladie psychologique à part entière.

Pour réconforter ceux qui sont rongés de remords.

Avoir de la compassion signifie se soucier et prendre soin de ceux qui sont malades, faibles, handicapés ou désespérés. Dieu éprouve de la compassion, non seulement pour ces enfants innocents qui ont été mis à mort, mais aussi pour leurs mères, qui pensaient qu’elles n’avaient pas d’autre solution, ou qui se sentaient incapables d’élever leur bébé.

« Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation, qui nous console dans toutes nos afflictions, afin que, par la consolation dont nous sommes l’objet de la part de Dieu, nous puissions consoler ceux qui se trouvent dans quelque affliction ! » (2 Cor. 1 :3-4).  

Dieu ne veut pas punir, mais réconforter tous ceux qui ont été affligés. Il veut guérir tous les cœurs brisés. Dieu nous a dit que si nous crions à Lui, Il répondra.

« Eternel ! Ne me punis pas dans ta colère, et ne me châtie pas dans ta fureur. Car tes flèches m’ont atteint, et ta main s’est appesantie sur moi. Il n’y a rien de sain dans ma chair à cause de ta colère, il n’y a plus de vigueur dans mes os à cause de mon péché. Car mes iniquités s’élèvent au-dessus de ma tête ; comme un lourd fardeau, elles sont trop pesantes pour moi. Mes plaies sont infectes et purulentes, par l’effet de ma folie. Je suis courbé, abattu au dernier point ; tout le jour je marche dans la tristesse. Car un mal brûlant dévore mes entrailles, et il n’y a rien de sain dans ma chair. Je suis sans force, entièrement brisé ; le trouble de mon cœur m’arrache des gémissements » (Psaume 38 :1-8).

Si nous reconnaissons devant Dieu nos péchés, Il est fidèle pour nous pardonner et pour purifier notre cœur. « Je t’ai fait connaître mon péché, je n’ai pas caché mon iniquité ; j’ai dit : j’avouerai mes transgressions à l’Eternel ! Et tu as effacé la peine de mon péché » (Psaume 32 :5).  

Réfléchissez bien à tout cela !

OUI POUR DIEU L’AVORTEMENT EST UN MEURTRE.

Exode 20.1-17 (SEG) : « Alors Dieu prononça toutes Ses paroles, disant : … [6] Tu ne tueras point.

Apocalypse 21:8 Mais pour les lâches, les incrédules, les abominables, les meurtriers, les impudiques, les enchanteurs, les idolâtres, et tous les menteurs, leur part sera dans l’étang ardent de feu et de soufre, ce qui est la seconde mort.

Advertisements

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :